Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.



Page sonorisée
____________________________________________________________

Duo DESCOFAR - "Finis Terrae",
du néo-celtique du 3ème millénaire !...
Le site du Duo DESCOFAR

Une jaquette, entièrement, laquée de noir…
Au recto de celle-ci, à mi-hauteur, cadré à gauche, inscrit en blanc : « Finis Terrae ».

Ce titre d’album est-il une référence au film réalisé, en Bretagne, en 1929, par Jean Epstein ? (le synopsis : sur Bannec, un petit îlot au large d'Ouessant, un jeune goémonier se blesse à la main après une bagarre. La plaie s'infecte et il faut le soigner en l'emmenant à Ouessant. Mais la mer est mauvaise...)

« Finis Terrae »… sous le premier mot de cette dénomination d’album, en fort discrètes et intégrales minuscules, de rouge tracé : « duo descofar » !

Dans le coin inférieur droit de ce strict objet carré, de même rouge teinté, un filiforme tracé imaginaire, vraisemblablement, celui d’une « fin » de continent, de péninsule, avec au large de ses côtes… des îles.
Une « fin de terre »… une celtie envisagée… un Tir na Nog du 3ème millénaire espéré ?
« Classieux », cette pochette, aurait ânonné, entre deux volutes de fumée, Gainsbourg !
Une volonté induite, pour nos deux artistes, de mettre en évidence l’inspiration de leur musique, plus que leur propre image…
A nous, donc, le vif plaisir de vous dévoiler, sommairement, certes, ces deux musiciens, Alice Soria-Cadoret et Nikolaz Cadoret qui composent, à la ville comme à la scène, cet « électrique » couple de harpistes… le « Duo Descofar » !

Tous deux sont de formation classique.
Alice commence à pincer les cordes d’une harpe, à Evreux. A dix-sept ans, elle est admise au Curtis Institute of Music à Philadelphie (USA) d’où elle sortira, brillamment diplômée, trois ans plus tard. Passionnée par l’orchestre, elle est membre du Verbier Festival Orchestra, de 2004 à 2007, ce qui la conduira à jouer avec de prestigieux chefs d’orchestre. Cette expérience lui permet, en mai 2007, de devenir, pendant une année, suppléante au sein du Sinfonie Orchester de Bâle, puis de se produire dans de nombreux orchestres internationaux comme le Verbier Chamber Orchestra ou le Berliner Philharmoniker. Fervente chambriste, elle joue, également, depuis de nombreuses années, dans le Duo Maderas, dont le spectre artistique s’étend du récital au théâtre musical, expressions artistiques favorisant la création contemporaine et les spectacles transversaux.

Né en Bretagne, Nikolaz apprend la harpe celtique, notamment, aux côtés de l’un de ses plus grands spécialistes, le quimpérois, Dominig Bouchaud. Lauréat du Kan Ar Bobl, il se produit en Fest-Noz et en concert, entre autres, au Festival Interceltique de Lorient et aux Rencontres Internationales de Harpe de Dinan. A vingt ans, il abandonne ses études de sciences politiques pour se consacrer, exclusivement, à la musique. Il approche la harpe classique, à Rennes, Zurich et Hambourg. Lauréat de prestigieux concours internationaux, il travaille, pendant plusieurs années, comme harpe solo en Allemagne, tout en se consacrant à la création sonore pour des artistes contemporains, jusqu’à l’improvisation expérimentale.

Après cet enrichissant parcours classique, le musicien revient à son prime instrument et remporte, en 2010, au Festival Interceltique de Lorient, le premier prix du Trophée CAMAC, nom de l’unique facteur français de harpes classiques, celtiques, électriques et sud américaines, ô combien célèbre à l’international, société crée en 1972 par Joël et Gérard Garnier, toujours basée dans le village de Mouzeil, près de Nantes, en Bretagne et dirigée par Jakez François, aussi, harpiste.

Comment voulez-vous, qu’avec ces deux cursus aussi solides, riches et variés, que France-Musique ne les invite pas à présenter leur album « Finis Terrae », au cours de l’émission : "Leur 1er CD", session radiophonique signée par Gaëlle Le Gallic.
Un duo atypique de harpes celtiques électriques sur France Musique, n'est pas programmation coutumière, vous en conviendrez !

Dans la continuité du spectacle produit par les JMF et mis en scène par Olivier Prou, « Finis Terrae » abordant les musiques celtiques jouées sur harpes électriques, passant, après une conséquente tournée, à l’acte de l’ enregistrement d’un premier album, voici, donc, 12 titres auto-produits, fort subtilement enregistrés, en studio, à Brest et Quimper, par Thomas Bloyet. Des pièces, certes enracinées dans la tradition celtique, mais largement colorées d’autres univers musicaux allant du classique, à la libre improvisation.

Dès les toutes premières électriques notes, les premières ambiances sonores de la première plage, « Plinn Bye Bye », nous comprenons, instantanément, que cet album ne sera pas un opus « classique » où l’instrument emblématique des musiques celtiques sera joué, comme au sein de nombreux disques que nous recevons, certes avec talent, voire vélocité, mais sans âme de contemporanéité.
Ici, c’est tout le contraire et « Culture et celtie, le MAGazine… » aime, particulièrement, cette option de modernité qui, en concevant un nouvel univers sonore, décuple les capacités de création et d’expression de cet instrument traditionnel qui n’en demeure pas moins, très actuel, même prospectif !

Autant vous l’avouer, dès maintenant, cet excellent disque, cette remarquable création, nous a enthousiasmé et son absence, au cœur de votre discothèque celtique, néo-celtique, serait un manque certain.
Restant, sans ambiguïté, ancré dans le patrimoine irlandais, breton et écossais, cette vision actuelle de la musique traditionnelle celtique, comme les deux artistes aiment le définir, « les doigts dans la prise », lui garantit vie, actualité et pérennité.

Toutes les plages de cet album nous ont séduit. Au fil de cet article, nous ne vous imposerons, donc, pas le catalogue complet de nos commentaires, de nos ressentis, titre par titre.

Mais comment ne pas vous citer, l’excellente interprétation, par Alice et Nicolaz, du légendaire et fort dansant « An Dro Sidwel », composition de Jean-Charles Guichen et David Pasquet, en 1989, succès du groupe « A Re Yaouank », qui se termine, ici, aux accents d’une guitare électrique bien rock… mais qui n’est autre que le son de la harpe électrifiée filtré par de nombreuses pédales d’effets.


Duo DESCOFAR - © Photo Alexandre SORIA

Un convaincant spectre du talent artistique du Duo Descofar est mis en évidence dans la suite de danses d’Irlande et d’Ecosse qu’il nous propose, regroupées, en plage 3, sous le titre « The Y ».
Jazzy, rock, jeu à contretemps, marque des guitaristes des sessions irlandaises… une mise en relief spécifique pour chaque pièce retient notre attention.

Suit une très poignante complainte traditionnelle irlandaise, « Ballyvourney », originellement, chantée a capella, qu’ Alice et Nicolaz ouvrent, sans basse, au plus près du phrasé initial de la voix.

C’est en écoutant la 5ème plage, « Castle Kelly/Drowsey Maggie », un vivant « alliage » harpe et bodhran, que nous nous rendons compte que nous somme en passe d’égrainer, contrairement à ce que nous vous avions dit, précédemment, tous les titres de l’album.


Que voulez-vous ? Tous les morceaux enregistrés sont, vraiment, dignes d’intérêt !…

Permettez-nous, encore, une exception, dans ce « listage incontrôlé », pour souligner cette ballade traditionnelle, « Geordie », qui a voyagé, aux 17ème et 18ème siècles, d’Ecosse en Angleterre. C’est le seul titre chanté de cet opus !.. Les magistrales volutes vocales de Cristine Merienne s’enroulent en spires magiques sur la souple mélodie, avant, en seconde partie du morceau, d’en décomposer les temps, pour clore, tout en retenue. Quel paysage vocal et mélodique !

Peut-être par nostalgie, nous avons, également, aimé, sous le titre « Tristan Hag Ysold » retrouver la mélodie composée par Hervé Queffelant du groupe « Triskell » enregistrée, en 1977, sous le label « Le Chant du Monde » pour le disque, à l’époque, de vinyle, nommé : « Harpe Celtique ». D’autant qu’Alice et Nicolaz Cadoret font, subitement, exploser cet harmonieux thème, en nous livrant, ici, peut-être la séquence musicale la plus prospective de « Finis Terrae » par un déluge « guitaristique et distordu » de harpes électriques, rappelant la noirceur de la légende de Tristan et Yseult.
A écouter, un « ton au dessus » !

Après cette coda musicale cataclysmique, vous retrouverez un apaisement, certes mélancolique, par l’écoute attentive de « Gwerz Ar Verhinerien », la complainte des goëmoniers, traduisant, pour cette collecte de fertilisantes plantes marines, le pénible labeur des Sénans.
Le « chant » de la harpe, ravivant nos mémoires, se calque, parfaitement, sur le souvenir de la plus que poignante interprétation, a capella, qu’en fit en 2003, Denez Prigent, lors d’un inoubliable instant d’une Nuit Celtique au Stade de France !

« Brian Boru’s march/Rolling in the Barell » :
Titre incontournable parmi les incontournables pour tous les harpistes, la première partie, de cette association musicale entre une marche et un reel traditionnels, proposée, ici, volontairement avec plus d’ emphase, par le Duo Descofar, vous rappellera les deux interprétations enregistrées en 1995 (CD Brian Boru) et 2000 (CD Back to Breizh), par le précurseur de l’électrification des harpes celtiques, Alan Stivell !
En effet dans ce désir de modernité sonore, Alan ne disait-il pas ?
« Dès l’enfance, je rêvais de harpes électrique, parce qu’il n’y avait pas raison de laisser aux guitaristes la possibilité de jouer « électrique », voire aux clavieristes ».
Extrait de l’interview exclusive par Ronan Manuel - DVD « Parcours » (Pathé Vidéo) - © 2004

Une pensée pour le très célèbre « celtic harper hero », sus-cité, vous viendra, aussi, naturellement, en écoutant le dernier morceau proposé sur « Finis Terrae », intitulé « Gwerz Ker Is », traditionnel qui figurait, en 1971, en ouverture de son célèbre disque de référence internationale de harpe celtique, grand prix de l’Académie Charles Cros, « Renaissance de la harpe celtique ».
Le Duo Descofar nous en livre, ici, une interprétation remarquable, quasiment mise en scène. Après des effets sonores suggérant un approchant orage supplanté par les échos, électriquement, simulés de cloches d’un clocher, sans doute, englouti, Alice et Nicolaz esquissent ce profond thème, immédiatement, identifiable qui se termine dans des vagues de distorsions électriques.

Cet album, « Finis Terrae », est intelligent, attachant, surprenant, innovant mais, toujours respectueux.
Tradition de la harpe celtique, sonorités rock, rythmes jazzy, effets sonores, se conjuguent, sans se vautrer, comme beaucoup, dans certaines recettes de mode actuelle qui font croire, abusivement, à un renouveau.
Indiscutablement, nous sommes en présence d’un disque de virtuoses que, vous qui aimez « les racines et les ailes » de la musique celtique, vous devez, impérativement, vous procurer pour mieux écouter et ré-écouter, avec, toujours, de nouvelles surprises, ces deux musiciens qui n’ont pas fini de faire parler d’eux, tant leur talent est grand et garant d’une authentique évolution musicale, parfaitement, maîtrisée.

Nous espérons qu’un label de qualité signera leurs prochains enregistrements, permettant, en dépassant le stade, ô combien courageux et louable, de l’auto-production, une mise en place dans les rayons et sur les ondes, de ce fait, plus accessible.
Organisateurs de festivals, de soirées, n’oubliez pas d’inviter ces deux artistes d’exception…

Merci à Alice et Nicolaz de nous avoir contacté et adressé leur album en nous permettant de présenter ce 1er opus qui n’est… qu’une première pleine réussite !

Gérard SIMON


______________________________________________________________________________________________________
Nous vous proposons d'écouter un medley de 3 extraits de cet album : "Tristan Hag Ysold", "Geordie" (voix : Cristine Merienne)
et "Gwerz Ar Vezhinerien" (05:54).
_______________________________________________________________________________________________________

Les titres du CD "Finis Terrae"

01 - Plinn Bye Bye
02 - An Dro Sidwell
03 - The Y - The Ivory Lady / I wish you would marry me now / Cullybacky Hop
04 - Ballyvourney
05 - Castle Kelly / Drowsey Maggie
06 - Geordie (voix : Cristine Merienne)
07 - The Hunter's Purse
08 - Tristan Hag Ysold
09 - Gwerz Ar Vezhinerien
10 - The Floating Crowbar / Cooley's
11 - Brian Boru / Rollin'in the Barrell
12 - Gwerz Ker Is


CD "Finis Terrae"- Duo DESCOFAR
Parution : décembre 2013
Autoproduit par Alice SORIA-CADORET et Nicolaz CADORET
Réf : DESC001


ACHETER le CD "Finis Terrae" sur le site de la FNAC

© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Duo DESCOFAR - "An Dro Sidwell" - Extrait de 01:06.
Le site du Duo DESCOFAR : duodescofar.jimdo.com
<< Les C.D.