Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.



Page sonorisée
____________________________________________________________

Alain GENTY - Joanne McIVER
"Eternal Tides" - (Marées éternelles).
Le site d'Alain GENTY
Le site de Joanne McIVER

Paru chez BUDA Musique, ce CD, « Eternal tides », semble reprendre la Bande Originale d’un film, l’illustration sonore de superbes et pittoresques images dont l’Ecosse, la Mer du Nord et ses « marées éternelles » feraient toile de fond à la narration d’histoires d’antan vécues, comme celle des lamentations d’une mère pour son fils, sur les traces de ses grand-père et père, partant à la pêche au milieu du vaste océan ou le chant de travail de trois ouvrières qui, toute la journée, sur le quai du port, vidaient des harengs.
Au sein de ce métrage, ne figureraient pas que ces évocations laborieuses, mais aussi, sur une plage, les souvenances nostalgiques d’étés d’enfance et de châteaux de sable, des retours chez soi par le ferry et des hymnes à l’invincible nature…


Puis, inspiré par le film documentaire de Peter WATKINGS (1964), seraient, également, retracés les méfaits de la bataille de Culloden de 1746, au cours de laquelle l'armée du prince Charles Édouard STUART, majoritairement composée de membres des clans écossais des Highlands, fut très rapidement écrasée par l'armée britannique, fidèle au roi de Grande-Bretagne, GEORGE II.
Après la bataille, s’ensuivit la répression menée par le gouvernement britannique dont l'objectif avoué était de détruire, entièrement, le système des clans, afin de prévenir toute nouvelle rébellion dans les Highlands.

Il y a, en fait, dans ce riche et très intéressant album musical, quasi conceptuel, signé d’Alain GENTY, pour la musique et de Joanne McIVER, pour les textes, ces images et bien plus encore. Des scènes projetées par un univers musical, tour à tour, New-Age, Ambient, World, Jazz-Blues, Néo-Celtique, Pop, pouvant rappeler, parfois, et sans exclusive, certaines créations de l’irlandaise ENYA, de « l’ethno groupe » français, DEEP FOREST ou de l’AFRO CELT SYSTEM, l’un des fleurons « World music » du label Real World, créé par Peter GABRIEL.

Cet opus est né de la rencontre d’un fort talentueux compositeur, arrangeur et producteur de l’intégralité des musiques et d’une remarquable chanteuse écossaise, auteur(e) et interprète de toutes les chansons.

Joanne McIVER, à la voix caressante et vaporeuse, est originaire d’une petite île, celle d'Arran, située au Sud Ouest de l'Écosse.
Par son grand-père maternel, initiée au chant gaélique et à la cornemuse depuis l’enfance, elle est, aussi, une excellente musicienne qui joue sur scène de la grande cornemuse (Great Highland bagpipes), de la cornemuse de chambre (Scottish smallpipes), de la flûte traversière et des flûtes irlandaises (whistles).
En effet, dès l'âge de 6 ans, Joanne McIVER apprend la cornemuse qu’elle pratique 12 ans durant avec le groupe de cornemuses de l'île d'Arran. Par ailleurs, elle apprend la flûte traversière et entame, en 1989, des études de musicologie à l'Université de Glasgow où elle se spécialise en composition.

Après avoir rencontré le harpiste français, Christophe SAUNIERE, elle s'installe à Paris où elle décide d'écrire un recueil de mélodies pour cornemuse, devenant, finalement… un disque.
Elle publie, ensuite, plusieurs CD sous son nom. Toutes les musiques sont des compositions de Joanne, interprétées, exclusivement, avec Christophe SAUNIERE qui l’accompagne à la harpe.
Joanne réalisera d’autres disques avec ses compositions, toujours, arrangées par Christophe et la participation d'un accordéoniste et d'un quatuor à cordes composé de musiciens de renommée internationale. A noter, également, la parution d’un album fusionnant musique écossaise et jazz.
De surcroît, l’artiste est présente sur plusieurs Bandes Originales de musiques de films, notamment, celle de Vatel, pour laquelle elle fut dirigée par Ennio MORRICONE.

Parallèlement à ce volumineux et dense parcours artistique, elle enseigne la technique de ses instruments et devient la « sonneuse » officielle de l'Ambassade de Grande-Bretagne, à Paris.
Compte-tenu de ce cursus musical d’excellence, pas étonnant de la retrouver, en 2012, durant quelques jours de tournée et à l’Olympia, aux côtés de la figure de proue, plus que bretonne, de la musique celtique… Alan STIVELL !
Sa présence figure, d’ailleurs, sur le CD-DVD gravé à l’occasion du 40ème anniversaire du plus que mémorable concert de 1972, triomphalement donné par le harper hero. Voir notre présentation du DVD et, en deux pages, notre reportage sur cette soirée exceptionnelle commémorative.

Au cœur de ce présent opus, « Eternal tides », Joanne est au chant et effets vocaux, s’exprimant, parfois conjointement, en anglais et gaélique. Côté musical Joanne intervient, également, aux Scottish smallpipes.
A noter que Christophe SAUNIERE, partenaire sus-mentionné, est la harpe durant la plage 8.

Français, né à Nogent-sur-Seine, Alain GENTY est, dans cet enregistrement, certes, aux guitares, drums, keyboards, programmations et voix… mais, en premier lieu, à la basse, son instrument de prédilection qu’il apprend en autodidacte, et interviedra, par la suite, dans le jazz.
Durant les années 80, ses influences majeures sont le rock progressif et le jazz rock.
Dans ce contexte stylistique, il fonde, plusieurs groupes.
Son premier album solo sort en 1994, suivi, périodiquement, d’autres enregistrements, tournées européennes et participations scéniques en tant que bassiste.

Mais revenons, pour ce qui concerne, plus particulièrement, le cadre spécifique de nos habituels propos, en 1989, année de rencontre décisive avec la musique bretonne !
Pour l’enregistrement du premier disque "Ec’honder", Alain GENTY intègre le groupe breton BARZAZ, aux côtés de Yann-Fañch KEMENER, Jean-Michel VEILLON, Gilles LE BIGOT et David HOPKINS.
De 1989 à 1991, Alain participe, également, au groupe DEN, puis à la formation GWERZ, à partir de 1992.
Entre autres, il contribue musicalement aux albums et aux concerts de Jean-Michel VEILLON, Didier SQUIBAN, Soïg SIBERIL, SKOLVAN, CELTIC PROCESSION de Jacques PELLEN…


Joanne Mclver et Alain GENTY - © Photo X

Il fonde alors le "Alain GENTY Groupe" qui se produit de1995 à 2002, lors de nombreux festivals en Europe, avec, au violon, Jacky MOLARD, aux flûtes et bombarde, Jean-Michel VEILLON. Patrick MOLARD est aux cornemuses, et flûtes, Yannick JOY aux saxophones, Thierry GARCIA, aux guitares et Patrick BOILEAU à la batterie.
Il joue, également, en duo, avec Patrick MOLARD de 2004 à 2008. Nous retrouvons, d’ailleurs, dans « Eternal tides », ne fût-ce que pour un morceau, certains noms sus-cités.
Thierry GARCIA aux guitares, Patrick MOLARD au biniou, Jean-Michel VEILLON, à la bombarde.
Pour « Eternal tides’, nous mentionnerons, aussi, les musiciens invités, Kouider BERKANE, au violon, Bachir MOKARI, aux percussions et Nicolas GIRAUD, à la trompette.


Vous nous pardonnerez, sans aucun doute, cette présentation qui peut paraître à certains, un peu volumineuse, mais sachez qu’elle est, déjà, bien édulcorée, tant les parcours de ces artistes sont denses, travaillés et variés… ce qui explique, aussi, l’excellence et la créativité de ce présent CD.

Dès le premier titre éponyme de l’album, soutenus par une nappe très discrète de programmation électronique, comme en guise de présentation de l’ensemble des intervenants, la voluptueuse et presque angélique voix de Joanne fusionne, à merveille, avec la basse bien ronde et profonde d’Alain GENTY. En fin de premier chorus, tous deux sont rejoints par des arpèges de guitare aux vibrations d’or, suivi d’un métronome de cymbales, puis de frôlements sur caisse claire… précédant une trompette jazz-blues qui étire ses plaintes et ses éclats mesurés pour mieux souligner, encore, les instants des déchirants aux revoirs, thème de cette chanson.
Après une césure, en fin de doublement de couplet, la reprise, fortement, rythmée, traduit l’inéluctable séparation de cette mère et de son fils pêcheur.
Ce morceau est magnifique et prenant. Quelle belle entrée en matière !

Sur les 12 titres qui constituent l’album, le morceau le plus évidemment celtique, afro-celtique, orientalo-celtique, figure en plage 4, sous la forme, d’un instrumental très World. C’est, finalement, au moment où l’on quitte la mer immense pour retrouver « Les fleurs du désert » que s’expriment, au milieu d’une transe d’effets vocaux, guitare, violon, percussions, les biniou et bombarde, par le jeu des référents souffles et doigtés bretons de Patrick MOLARD et Jean-Michel VEILLON.
Bachir MUKARI, aux percussions et Kouider BERKANE, au violon ne sont pas en retrait de cette ample fresque musicale.

Un « celtique » plus écossais, notamment par la nature du propos, du vocal, des rythmes et des smallpipes de Joanne, vous attend, en titre 10. C’est « Culloden » !

Si le disque est vocalement et musicalement ciselé, subtil, varié, mais parfaitement, homogène et cohérent, l’enregistrement et le mixage pour lequel Alain GENTY s’est, aussi, brillamment illustré, est d’excellente facture.
Il y a une réelle architecture et mise en espace sonore, comme, notamment, dans « The fisher lassies » où la voix de Joanne McIVER est, tour à tour, très judicieusement distribuée aux trois points clefs de l’espace sonore stéréophonique, renforçant, de ce fait, la mise en scène des trois ouvrières portuaires qui se taquinent pour faire passer le temps d’une besogne récurrente consacrée au traitement des poissons.

Un moment, plus intime, fait plaisir à retrouver, car rappelant une étape importante de l’itinéraire artistique de Joanne que nous avons mentionné, plus haut dans cette chronique, avec ce « quasi duo accompagné » avec le harpiste Christophe SAUNIERE.
C’est un hymne « à la nature grandiose et invincible » ornementé d’accompagnements discrets de keyboards programmés.
Très jolis instants mélodiques et vocaux !

Les 10 pièces, qu’elles soient chantées ou instrumentales, et c’est, aussi, une originalité, sont ponctuées d’instants d’ambiance musicale et sonore dont le rythme semble, à chaque fois, marquer l’incompressible temps qui s’écoule.
Au nombre de trois, ils sont nommés, par les artistes, des « entremers ».
Dans une atmosphère Ambient, new âge, nous avons, particulièrement aimé « l’entremer 2 », avec ses vagues vocales qui viennent mourir sur un persistant gong auquel vient s’unir des effets de trompette aux volutes inquiétantes, avant que concluant une reprise d’onomatopées vocales, elle éclate en ponctuation finale.

Il y a, dans ce disque, une très subtile pluralité de couleurs instrumentales et vocales et un éventail qui peuvent même vous faire passer de la mer et ses « marées éternelles », qui demeurent le thème central de l’album, à un détour par le Sahara… Mais le désert n’est il pas une autre mer infinie ?

Pour tous ceux qui, très fidèlement, nous suivent sur ces pages en appréciant et intégrant l’idée d’une musique transversale qui crée une celtie contemporaine, je pense qu’il seront ravis, comme nous le sommes, de découvrir, écouter, ré-écouter, re-découvrir cet excellent album créatif, travaillé, peaufiné et prospectif que Séverine BERGER,de Veev Communication http://veevcom.com/ nous a proposé. Nous la remercions, chaleureusement, car nous serions passé à côté de moments extrêmement mélodiques et évolutifs qui font salvateur contre-poids aux excessives récurrences et à la pauvreté d’écriture de nombre de musiques d’aujourd’hui.

Joanne McIVER et Alain GENTY, élèvent, ici, le débat… y compris, en ce qui concerne une autre forme de « new-celtic song ».

Nous vous conseillons, vivement, de vous procurer cet opus élégamment et « maritimement » présenté dans une jaquette qui renferme un livret contenant textes originaux en Anglais et gaélique, notes et citations qui éclaireront ce « new-celtique » voyage en Ecosse !

Gérard SIMON


______________________________________________________________________________________________________
Nous vous proposons d'écouter un medley de 3 extraits
de l'album « Eternal tides » : « Eternal Tides », « Culloden » et
« Building Castles ». (06:42).
_______________________________________________________________________________________________________

Les titres du CD "Eternal tides"

01 - Eternal Tides - 05:29
02 - Mo Ieannan - 02:22
03 - Entremer (Part.1) - 00:43
04 - Les fleurs du désert - 04:41
05 - The Fisher Lassies - 02:17
06 - Sailing on the Wind - 04:29
07 - Hill a Bheag - 04:16
08 - Turning with the Moon - 03:47
09 - Entremer (Part.2) - 02:25
10 - Culloden - 03:31
11 - Mu Dheireadh Thall - 03:30
12 - Building Castles - 04:46
13 - Entremer (Part.3) - 03:15

TOTAL : 45:53


CD "Eternal tides" :
Parution : mai 2017
Edité chez : BUDA Musique- www.budamusique.com
Réf : 860308

© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Alain GENTY - Joanne McIver "Les fleurs du désert" - Extrait de 01:06.
Le site internet d'Alain GENTY : www.alaingenty.com
Le site Internet de Joanne McIVER et Christophe SAUNIERE : www.mciversauniere.com
<< Les C.D.