Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.



Page sonorisée
____________________________________________________________

"Les grandes catastrophes en Loire Atlantique"
Chloé CHAMOUTON

A travers les siècles, la Loire-Atlantique a connu de nombreuses catastrophes.
Certaines habitent encore la mémoire des ses habitants. D’autres sont plus méconnues, mais néanmoins captivantes.
Si les méandres de la Loire comme les flots de l’Atlantique sont d’un ravissement lors des beaux jours, ils savent, aussi, être d’une cruauté inconditionnelle quand ils deviennent sauvages. Cet ouvrage relate, également, des incidents causés par les erreurs humaines, par les coups du sort ainsi que par les atrocités de la guerre. De très intéressants témoignages viennent étayer l’exposé des plus célèbres drames qu’a connu cette région bretonne comme l’incendie de la cathédrale de Nantes en 1972, ou encore, le naufrage de l’Erika, en 1999.
Chloé CHAMOUTON nous invite à découvrir ce florilège d’histoires véridiques qui éveille une envie dévorante de se plonger dans les mystères qui les entourent. Songez, par exemple, au naufrage du RMS Lancastria qui fut l’une des plus grandes catastrophes maritimes de tous les temps et l’un des épisodes les plus douloureux de la seconde guerre mondiale. Rarement évoqué, le secret n’a d’ailleurs jamais été totalement levé. Les chiffres officiels dénombrent 5 000 morts mais il se pourrait bien qu’il y ait pu avoir jusqu’à 9 000 morts ! Comparativement, le célèbre Titanic comptabilise
1 500 morts. De quoi alimenter les légendes sur cette épave qui gît, seulement, à 20 mètres de fond, dans l’embouchure de la Loire.

Si l’estuaire de la Loire cache sous son manteau bleu des vestiges engloutis, ce fleuve a aussi submergé ses rives fragiles. L’homme a mit des siècles avant d’arriver à amoindrir ses effets comme par le comblement des bras de la Loire, à Nantes, ou bien même, par la levée de la Divatte du côté de Saint-Julien de Concelles. Du raz-de-marée de Bourgneuf-en-Retz au village enseveli de La Baule Escoublac, l’Atlantique s’est lancé parfois à l’assaut de ses côtes au point de commettre des dégâts considérables. Bien que la Loire et l’Atlantique soient, ici, à l’origine de la plupart des catastrophes, il ne faudrait pas omettre les tremblements de terre, les ouragans, les catastrophes ferroviaires et aériennes et autres incendies. Comme partout ailleurs rien n’est épargné à ce département. Bien sûr, la liste de ces événements est non exhaustive tant par son nombre incalculable que par les risques qui existent encore aujourd’hui. Sommes-nous, par exemple, à l’abri de nouvelles catastrophes liées à l’activité portuaire ?

Nous saluons le travail de Chloé CHAMOUTON, qui, à l’instar dans ses chroniques patrimoines sur les ondes France Bleu Loire Océan, apporte, avec « Les Grandes catastrophes en Loire-Atlantique », une entrée en matière qui vous donnera sans doute l’impression de réapprendre de nombreux pans de l’histoire qui se sont parfois égarés dans l’oubli. A l’heure où les médias généralistes passent trop vite d’un scoop à l’autre, ici, il s’agit de réhabiliter les histoires mal connues de la Loire-Atlantique dans la grande Histoire. Qui sait, avec ce livre, pourriez-vous devenir les passeurs de la mémoire des grandes catastrophes de Loire-Atlantique ?

En essayant de mieux appréhender les choix que l’auteur a fait au cœur de ces très nombreux sujets, nous lui avons posé quelques questions sur ses ressentis ou sa méthodologie qui ont influé sur l’approche de l’ouvrage :

Xavier DANIEL : « Quelles sont les catastrophes qui vous ont le plus marqué dans vos recherches pour ce livre? »

Chloé CHAMOUTON. : « La catastrophe qui m'a la plus marquée est celle du Lancastria à Saint-Nazaire. Tout simplement parce qu'il y a beaucoup de non-dits en suspens sur cette tragédie et qu'elle demeure inconnue de la majorité des habitants. Il a fallu que je regarde des documentaires pour obtenir des témoignages de descendants de survivants, mais étant donné que la plupart des dossiers sont encore classés « confidentiel », il est assez difficile d'obtenir des informations. C'est plus qu'une catastrophe, c'est une énigme de l'histoire ! Ou, du moins, une affaire sur laquelle les gouvernements ne souhaitent pas communiquer. J'ai trouvé cela fou que l'on en parle si peu alors que cette catastrophe a causé plus de morts que le Titanic !  Le saut de la mort de Willy Wolf aussi du haut du pont transbordeur est assez marquant, c'est un fait divers tragique qui a particulièrement marqué la mémoire des Nantais. »

X.D. : « Sur quels critères avez-vous sélectionné les différentes histoires ? »

C.C : « Les critères concernaient plutôt l'époque XIXème - XXème siècle. Après, j'ai essayé de répartir et d’équilibrer entre catastrophes maritimes, aériennes, industrielles, ferroviaires, les naufrages. Sachant que, bien entendu, la partie consacrée aux crues et inondations est importante, au vu de la situation géographique de la Loire- Atlantique. »

X.D. : « En comparaison avec d’autres départements, est-ce que la Loire-Atlantique est particulièrement touchée par les catastrophes ? »

C.C. : « Non, je n'ai pas l'impression qu'elle soit plus touchée que d'autres. Forcément, elle est plus impactée par les tempêtes, crues et inondations, puisque l'eau est omniprésente sur ce territoire, qu'il s'agisse de l'océan, ou des fleuves comme la Loire. Il est vrai que certains coins de Loire-Atlantique ont connu de terribles tempêtes comme l'ouragan de Pornic, ou le phénomène des vimers. En ce sens, elle connaît plus de risques naturels que d'autres régions qui ne sont pas littorales. Pour le reste, les catastrophes proviennent de la défaillance humaine ou de l'inconscience des hommes. Et cela se retrouve dans toutes les régions ! »

X.D. : « D'après vos recherches, les catastrophes en Loire-Atlantique ont-elles baissé ou se sont-elles accentuées au fil des siècles ? »

C.C. : « Les catastrophes naturelles ont diminué au fil des siècles. Des travaux ont été entrepris dans ce sens (comblements des bras de la Loire, levée de la Divatte, digue de protection), il y a aussi davantage de mesures de sensibilisation de la population, moins démunie en cas de risques, à travers la mise en place de plans de prévention des risques. En revanche, du côté des risques industriels, au vu de l'essor du progrès, difficile d'imaginer que les catastrophes puissent diminuer. »

X.D. : « Pour les histoires les plus anciennes, avez-vous enquêté auprès des témoins de cette époque ? »

C.C : « Pour travailler, j'ai plutôt lu des archives ou récolté des témoignages de personnes qui avaient vécu certains événements (pas vraiment des Anciens) : j'ai récolté des témoignages pour le naufrage de l'Erika, et pour l'incendie de la cathédrale de Nantes. »

X.D : « En conclusion de votre livre, vous parlez "du devoir de mémoire". D'après vous, est-ce que les habitants de Loire-Atlantique sont assez sensibilisés aux risques de catastrophes ? »

C.C. : « L'objectif de l'ouvrage, c'est de rendre présent à la mémoire des habitants que les risques existent toujours, et qu'il faut rester prudent. On ne contrôle pas la nature et les hommes contrôlent de moins en moins la technique, malgré une volonté de domination. Je pense que les habitants de Loire-Atlantique ne sont pas forcément conscients des risques. Les catastrophes qui sont advenues font partie du passé. On a souvent tendance à se croire trop à l'abri, trop sûr de nous, c'est le propre de l'homme. La plupart des catastrophes qui ont eu lieu dans le monde (Le tsunami en Thaïlande, Fukushima) montre bien la fragilité de l'homme et je pense que les catastrophes font partie d'un patrimoine et constituent l'identité d'une ville et d'un peuple. Et sans mémoire, un peuple n'est rien, il ne sait pas où il va, ni dans quelle direction il doit se tourner. S'approprier le passé pour mieux anticiper l'avenir, c'est ce que j'ai voulu montrer. »

Xavier DANIEL


"Les grandes catastrophes en Loire Atlantique" - Chloé CHAMOUTON
256 pages - Broché
Format : 15,8 x 24 cm
Prix : 20 €
Editeur : GESTE Editions
Parution : 2 mars 2015
Réf. : LUP1615
Isbn : 978-2-36746-291-2
COMMANDER EN LIGNE sur GESTE Editions


Illustration de la page : "Les grandes catastrophes en Loire Atlantique"
Montage de courts extraits sonores, réalisé par Gérard SIMON pour Culture et celtie, le MAGazine... (01:25)
Le naufrage du Saint-Philibert, le 14 juin 1931 :
- Chanson par Evelyne RAMBAUD
- Extrait de l'émission "Les oubliettes du temps" de Dorothée BARBA (France Inter)
Incendie du hangar à engrais de Chantenay, le 20 octobre 1987 :
- Reportage INA
Naufrage de l'ERIKA, le 12 décembre 1999 :
- Reportage France TV Info
- "Erika, Erika", par Gilles SERVAT
Fuite d'hydrocarbures à la raffinerie de Donges, le 17 mars 2008 :
- Reportage Nantes 7 TV
- "Ceux qui sèment la mort", par Alan STIVELL


© Culture et Celtie

<< Les livres