Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.



<< Retour à la page d'accueil
Page sonorisée
lash pour PC et Mac
Gwennyn : Une révélation de la chanson Bretonne...

Il est en Bretagne, une petite ville nommée Douarnenez, où vivent des sirènes. A l’instar d’Ulysse, charmé par ces créatures, laissons-nous bercer par les mélopées de la belle et talentueuse chanteuse « Gwennyn ».

C’est dans la ferme familiale d’Argol qu’elle s’est forgé un caractère travailleur et persévérant. Cette passion pour la musique l’a poussée à atteindre un rêve d’enfant. Sa vocation : devenir chanteuse !

Comme disait Alphonse Allais “il ne suffit pas d'avoir du talent. il faut encore savoir s'en servir.”  Gwennyn n’en est point dépourvue et dispose, grâce à son charisme, d’une faculté incroyable de transmission d’émotions.

Photos et animation Gérard SIMON

Sa famille n’est autre que cette dynastie bien connue des bretonnants et du milieu artistique. Son père, Malo Louarn, n’est autre qu’un célèbre dessinateur de la revue « Tintin » et « Spirou. » Elle a pour tante, Lena Louarn, qui est à la tête de nombreuses structures telles que « l’office de la langue bretonne » et du « Conseil Culturel de Bretagne ». Son oncle Tangi Louarn est l’un des co-fondateurs des écoles Diwan. Gwennyn a pour cousin Glen Jegou, animateur ô combien renommé de France Bleue Armorique et sans oublier la petite cousine, DJ Blue, cette électro’libre, qui fait notamment une apparition dans « Geriou ‘zo ganto » par l’intermédiaire du scratching. Ce n’est sans compter sur la génération précédente tel qu’Alan Louarn, militant breton, secrétaire du prolifique écrivain et linguiste bretonnant Roparz Hemon….. S’agit-il d’un atavisme ? Il ne reste plus qu’à se faire un prénom ! Gwennyn  se distingue justement en n’employant aucunement son nom de famille pour son aventure artistique…Une émancipation bien légitime qui lui trace son propre dessein.

Pour Gwennyn, la scène se révèle être la représentation de l'adoubement de ses pairs. Gwennyn, récente révélation de la chanson bretonne, mérite amplement d’être connue et reconnue. Quelques grands noms de la musique celtique ne s’y sont pas trompés. Alan Stivell lui a donné le « la » dans l’album et sa tournée « Back to Breizh ». Carlos Nuñez et Gilles Servat lui ont fait place lors de premières parties de concerts. Toutes ces apparitions lui ont permis de sortir de l’ombre pour briller au-devant de la scène bretonne. Elle s’est illustrée lors de passages essentiels dans les plus grands festivals de la région : Les Vieilles Charrues, Festival Interceltique de Lorient, Les Tombées de la Nuit, Les Cornouailles… Gwennyn a aussi remporté un prix création en 2002 dans le fameux concours « Kan ar Bobl » (chant du peuple) avec « Marv an evned » 

Elle n’est pas de celles à oublier les copains de la première heure, elle se retrouve aujourd’hui entourée de professionnels depuis son entrée à la « Coop Breizh ». En 2007, elle fait partie des révélations du concours des « Talents en scène » en prémisse du festival de Cornouailles et obtient le grand prix découverte de « Produits en Bretagne ». Gwennyn, c’est une voix qui vient du cœur et qui fait corps avec le public. De l’émotion à l’état brut qui nous donne envie de l’accompagner dans sa bulle artistique. Une belle progression méritée qui nous donne le sentiment de « prendre le même train » et de la suivre tout au long d’un parcours prometteur. Un caractère authentique qui ne laisse pas de place à l’hésitation. Et oserai-je dire, une révélation pour la Bretagne qui finira pas s’exporter au-delà des frontières. Une carrière s’annonce notamment avec la sortie de son premier album : « En tu all.

En Tu all (de l’autre coté) : Un album traversant les frontières.

Les chansons de ce premier album abordent des thèmes qui lui tiennent à coeur et sous sa plume, apparaît une âme humaniste. « Bugale Belfast » (enfants de Belfast) aborde la déchirure entre les      communautés séparatistes et unionistes d’Irlande du Nord, comme « Bosko hag Admira » (un amour persistant, malgré la guerre, entre une Bosniaque et un Serbe pendant la guerre de Yougoslavie), « Tan ar vuhez » (Feu de vie), la violence conjugale et « En tu all », chanson au même titre que l’album (le périple de ces hommes qui quittent leur pays afin d ‘atteindre l’Europe au péril de leur vie). Pour cet album, elle était entourée d’un ensemble de musiciens, pour certains, bien connus de la scène bretonne : Yann Honoré (basses, mandole, low et thin whistle, programmations), Patrick Boileau (batterie), Philippe Turbin (piano, claviers), Erwann Volant (guitare électrique et acoustique) et de nombreux invités.

Pour Gwennyn, le Breton est la langue maternelle qui a donné naissance à de nombreux textes de son répertoire. D’autres compositions proviennent de grands noms de la littérature bretonne comme Anjela Duval, Maodez Glanndour et de compositeurs contemporains comme Youenn Gervalan. Son premier album, « En tu all » (de l’autre côté), réalisé sous la direction artistique de Yann Honoré, nous a permis de savourer les sonorités mélodieuses de la langue bretonne par sa voix cristalline. Des consonances Pop Rock inspirées par ses principales influences musicales (Noa, Tracy Chapman, Capercaillie, Alan Stivell).

Gwennyn en finale européenne...

Aujourd’hui, c’est avec Patrice Marzin, guitariste et arrangeur de grande renommée, qu’elle n’a cure des frontières. En effet, Gwennyn est bien entourée artistiquement. Jean-Didier Gaudry est son actuel manager. Avec Patrice Marzin, ils sont à la base du lancement du plus célèbre groupe de fest-noz du renouveau des années 90 « Ar Re Yaouank ». Pour l’anecdote, Patrice Marzin fut le guitariste de Thiefaine pendant plusieurs années. Une collaboration bien fructueuse qui ne peut lui être que profitable.

Le 18 octobre prochain, Gwennyn représentera la Bretagne pour la finale du concours européen de chants en langues minoritaires à Luela en Suède. Cela fait suite aux qualifications du groupe de langues celtiques qui eurent lieu à Inverness en Ecosse le 21 Juin dernier. Elle interprètera ce qu’on peut qualifier de morceau phare : « Bugale Belfast ». Elle sera accompagnée bien évidemment par Patrice Marzin (guitare/mandoline), Jacques Moreau (percussions) et Youenn Manchec (Flûte).

Voici quelques lignes de présentation de ce que « dit » « Bugale Belfast », extraite de l’album « En tu all » :
Enfants de Belfast, enfants de Derry, votre espoir vous a-t-il donc été volé ? La colère monte vite en vos cœurs dès que vous apercevez l’ombre d’un soldat. Vous avez grandi dans la violence en rendant vos mères folles d’angoisse. La guerre, à cause de cette frontière de l’Ulster, vous a envoyés au massacre déjà par milliers.

Concours Européen des chants en langues minoritaires : Gwennyn en finale !
Nous vous invitons à voter pour Gwennyn par le biais d’internet
le 18 octobre prochain de 20h30 à 21h00
(Le spectacle commencera à 19h - 3ème candidate à passer) 

Il suffit d'entrer sur le site suivant et de voter BZH !
www.myspace.com/votezbzh

 

Comment en suède, l’autre royaume de la petite sirène, pourrait-on résister à la voix enchanteresse de Gwennyn ? Elle qui nous emporte dans les fonds teintés de vert et de bleu de notre belle Bretagne.

Un second album plus épuré, plus folk, verra jour en mars 2009. « Culture et Celtie mag », nous ne manquerons pas de vous faire part de cet événement. Toutefois, si vous n’aviez pas le premier album, il n’est jamais trop tard…Il n’est qu’au prix d’un grand moment de plaisir. Nous vous invitons à découvrir cette merveilleuse artiste.

Xavier DANIEL


En découvrant le texte écrit en breton, écoutez, un extrait de « Bugale Belfast »

Bugale Belfast
Paroles de Youenn Gervalan.

Bugale Belfast, Bugale Derry
Ha laeret vefe bet diganeoc’h ar spi ?
Prim en ho kalon e sav ar gounnar
Kerkent ma teu war wel skeud euzhus ur soudard.

Ur fuzuilh hoc’h eus bet da gentañ c’hoariell
Boledoù yelo da heul da vouetañ ho prezel
Gant enkrez ’peus livet dremm gwenn ho mammoù
Dre forzh c’hoari bemdez war dachenn an Ankou

Bugale Belfast, Bugale Derry.

Ho kresk ho peus graet er feulster
’Blamour da vevennoù direizh an Ulster
A gas ’hanoc’h a vil-vern d’al lazhadeg
Da c’hortoz vefec’h trec’h dre hoc’h emsavadeg.

Ar barradoù-glav hed an nozvezhioù du sac’h
A-veradoù verglo barrinier an toull-bac’h
Lec’h ma vev war yun a-dreñv mogerioù
Brogarourien dispont o kontañ o deizioù

Unan anezho kannad a c’hortoz dihabask
Na ma vrallo taer adarre Kleier Pask
Re gouzañvet en deus dismegañs Londrez
Kemenn e varv a spontas a bed a-bezh.

Bugale Belfast, Bugale Derry
Ma fluenn, soubet e liv ar brizonidi
A gas deoc’h keloù eus stourmerien ma bro
Evito Bobby Sands, nann, biken ne varvo !


Site officiel : www.gwennyn.com et : www.myspace.com/gwennyn
Site du concours : www.liet-lavlut.eu
Contact Scène : jdgaudry@orange.fr - 06.80.00.93.03

Textes : Xavier Daniel - Photos : Gérard SIMON

© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Bugale Belfast - Gwennyn- Réalisation Patrice Marzin


<< Acuueil de C. c. Magazine
Archives >>