Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.



<< Retour à la page d'accueil
Page sonorisée
lash pour PC et Mac
Les artistes invités
Carlos Núñez
Contact : Aoura – Patricia Téglia : patricia@aoura.com
Virtuose de la gaita, la cornemuse galicienne, Carlos Núñez s’est vu plusieurs fois primé au Festival Interceltique de Lorient, la première fois, à l’âge de treize ans. Il a entamé sa carrière et commencé à parcourir le monde aux côtés des Chieftains, légendaire tribu musicale irlandaise. Mais si ceux-ci figurent au générique de son premier album,
« Brotherhood of stars », en 1996, il a aussi été réalisé en compagnie de la chanteuse espagnole Luz Casal, de la Portugaise Dulce Pontes, du
guitariste américain Ry Cooder, de « compadres » cubains.
Deux ans plus tard... Jackson Browne, Dan Ar Braz, Noa ou le flamenquiste Vicente Amigo, parmi d’autres, justifient le titre du second album de Carlos, « Os amores libres ». En 2000, « Mayo longo » réunit la crème des musiciens irlandais et Roger Hodgson, ex-Supertramp. Il y a trois ans, Un Galicien en Bretagne voit le Catalan Jordi Savall rejoindre un équipage breton composé de Dan Ar Braz, Gilles Servat, Alan Stivell. Nuñez poursuit son singulier voyage, continue de traverser terres et mers, temps et genres. Son périple passe par le cinéma : un amour de longue date, depuis les séances en plein air de son enfance sur la plage de Vigo ; et depuis ce tout premier enregistrement, en 89, avec les Chieftains, pour la B.O. du film L’Ile au trésor de Stevenson. Carlos revient à ses plaisirs de pellicule grâce à Alejandro Amenábar, cinéaste espagnol avec lequel il travaille sur la BO du film « Mar Adentro » salué par de nombreux prix, aux Oscars
américains, à la Mostra vénitienne et aux Goyas espagnols.
Carlos a pris un immense plaisir à illustrer avec sa musique les images
et l’émotion du film, et a donc eu envie de prolonger l’expérience ; cette aventure lui inspire le désir de faire son propre cinéma son « Cinema do Mar ». Il a ainsi choisi d’interpréter avec sa propre sensibilité des mélodies liées à sa relation personnelle avec le cinéma, des mélodies universelles qui « racontent une histoire »… Le 6 mars 2006, Carlos nous livre ses plus beaux titres sur un album et DVD live, enregistrés en Galice en 2004 face à 30 000 spectateurs ! Pour ce concert, il s’est entouré d’artistes prestigieux tels que Les Chieftains (ses mentors irlandais), Sharon Shannon, The National Youth Pipe Band of Scotland… Carlos Núñez en concert est l’occasion de découvrir ou redécouvrir un virtuose de la gaïta, un showman doué d’un sens particulièrement festif. Inclus sur le dvd plus d’une heure de bonus : « Bretaña – Carlos Núñez » de Christian Rouaud et « Alan Stivell chez Carlos : un Breton en Galice »

Contact : Maïté - maite@maitemusic.com - www.maitemusic.com
Yann-Fañch Kemener
Très jeune, Yann-Fanch Kemener est attiré par les chanteurs traditionnels, il va les écouter, il apprend auprès d'eux, recueille leur
savoir, les enregistre. À treize ans déjà, il connaît un répertoire suffisant pour chanter en famille et en public. À vingt ans, il remporte le premier prix au concours de chant populaire (Kan ar Bobl'), à Lorient.
Vingt ans, il est l’héritier d'un immense répertoire, acquis par une longue et patiente transmission orale. Un répertoire, une tradition, et des siècles de Bretagne sur les épaules. Cela paraît incroyable.Yann-Fañch Kemener apporte envers et contre tous les médias, contre toutes les modes, la
preuve évidente que le chant traditionnel breton est d'une exceptionnelle qualité, et qu'il se suffit à lui-même. À l'époque où les musiques
traditionnelles sont souvent défendues et illustrées avec les accessoires, procédés et "tics" des musiques commerciales, il montre que sans aucune assistance extérieure, le chant breton originel se hausse sans peine à l'universalité.
Ces complaintes et ces ballades, parfois archaïques, à la poésie rude et pure, Yann-Fañch Kemener leur donne la puissance évocatrice des mythes. Il leur ouvre une audience qui dépasse largement celle des amateurs de musiques bretonnes, une audience qu'elles n'avaient jamais eue auparavant. Sa voix si particulière, au timbre si mystérieux, est devenue un symbole de la Bretagne. Avec la force tranquille de quelqu'un qui a la mémoire d'un peuple derrière lui, il conquiert tout le monde.
Détenteur d'une culture, Yann-Fañch Kemener parvient à la mettre en avant, haut et fort. Ce que donne Yann-Fañch Kemener, c'est quelque chose qui le dépasse, qui nous dépasse, qui est plus que la bretonnité ou la celtitude : l'humanité. Ce qu'il donne, c'est aussi quelque chose qui lui appartient en propre : la sensibilité d'un homme, le résultat d'un apprentissage particulier, le style d'un individu, la vision personnelle d'une culture, la conception intérieure d'une musique et d'un pays. Yann-Fañch Kemener chante des gwerzioù (chants narratifs historiques, épiques, tragiques) et des soniou (chants poétiques lyriques, chants d'amour, chants satiriques)... Ses interprétations sont d'une étonnante force expressive. Et pourtant, ce qu'il y a de personnel dans son style ne se met jamais en avant. Le timbre unique de sa voix, sa diction parfaite, l'art avec lequel il nous fait partager sa conviction et son émotion, la personnalité et la perfection de son style, sont autant de choses qui forcent l'admiration de l'auditeur le plus étranger à la Bretagne. Yann-Fañch Kemener chante comme quelqu'un qui a en lui, toute une culture dont il a la charge de rendre compte, et dont il se doit de présenter et transmettre l'héritage. Infatigable chercheur, interprète passionné du chant de ses ancêtres, transmetteur, partageur, "passeur de mémoire", Yann-Fañch Kemener est un vivant trait d'union entre le passé de la Bretagne et son présent.
© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Carlos Nunez : Saint Patrick's andro - live-
Site de Carlos Nunez : http://www.carlos-nunez.com

Accueil de C. C. Magazine
Page 1/5
Page Suivante