Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents très connus, comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui.


<< Retour à la page d'accueil
Page sonorisée
lash pour PC et Mac
Mardi 26 août 2008, « Dégâts d’chez nous » enregistre violon et voix...

Deuxième « journée de studio »  pour le CD réalisé au profit de la S.N.S.M. du Croisic.

Partis du Croisic, nous traversons la verdoyante et paisible campagne qui nous mène, une nouvelle fois, vers le bourg de Fégréac où se situe le studio EPONA.
Nous y sommes chaleureusement accueillis par le « maître des lieux », Stéphane CALVEZ.
Tout en dégustant un cordial café chaud, offert par notre hôte, nous nous imprégnions de l’ambiance qui règne en ce lieu intime et convivial. C’est un instant de décontraction nécessaire aux musiciens, qui va, très vite, céder la place à leur extrême concentration.

Qui n’a jamais pratiqué la musique n’en connaît pas toutes ses difficultés. Pour un artiste, même professionnel, le travail en studio est une « épreuve » très drastique. Elle peut même s’avérer douloureuse pour certains, car, isolé du groupe, par les nécessités de la prise de son individuelle, le musicien se trouve parfois déstabilisé.
Face à ses « compagnons » de route, il s’agit d’une véritable « mise à nu » de ses propres capacités .

Aujourd’hui, Joël FAOU, doit « poser » le son de son violon sur plusieurs titres « mis en boîte » le 12 août dernier (voir notre article). En premier lieu, sur le morceau « Courage », titre éponyme de ce futur « cinq titres ».

Après un premier essai, Joël constate que ses doigts sont encore « trop froids », que l’instrument répond trop timidement. Il décide de s’octroyer une très courte pause et de « chauffer sa main » en exécutant quelques gammes.

Puis l’enregistrement reprend. De ce côté de la vitre, derrière la console et face à ses moniteurs, Stéphane CALVEZ, minutieux « métronome », ponctue les temps et la cadence. Ses conseils et primordiales interventions, dignes d’un chef d’orchestre, sont attentivement écoutées, discutées avant d’être agréées par tous.
Seconde prise : les musiciens et Stéphane écoutent attentivement le rendu de la prise de son. Il faut recommencer celle-ci en plaçant, plus harmonieusement, le jeu du violon sur celui des guitares, préalablement enregistré lors de la première séance. Après délibération des cinq membres, le groupe décide d’insérer quelques riches motifs qui viendront, telles les enluminures de livres précieux, syncoper et enrichir la mélodie.

Pour notre part, nous suivons, sur l’un des écrans qui surplombe la console, l’incrustation des notes jouées qui cisèlent le spectre de la piste sonore, fines dentelles multicolores qui se déroulent sous nos yeux, témoins du labeur assidu de ces artistes. Le premier titre « Courage » est alors achevé, avant le mixage final.

Le violon intervient, de nouveau, au cœur du second morceau : « Terre Neuve ». Il tisse une nouvelle ligne mélodique qui amplifie et nuance la dramaturgie de cette chanson narrant la vie des marins partant pêcher, au péril de leur vie, dans ces lointaines mers polaires.

L’après-midi, la part belle est faite « aux voix du groupe », celles de Yann JONCOUR, mais aussi d’Alain BAILLET et Yves DROGUE.

Très concentré, Yann est le premier à « poser » son chant. Yeux fermés, Yann ébauche les paroles de sa voix rauque et divinement écorchée. Comme elle sied bien à l’extrême souffrance saillant des textes écrits. Elle peut, cependant, se faire douce au cours de certains refrains ou couplets.

Puis, Alain BAILLET, en soliste, apporte sa profonde voix, dans la chanson « Courage », Yann et Yves venant « iriser », subtilement, le refrain des strates de leurs timbres spécifiques.

Ah, qu’ils sont valeureux nos cinq « matelots », tout comme les « mariniers juchés sur le mascaret » naviguant entre océan et Garonne, unis dans l’effort, la solidarité, car, n’en déplaise, l’enregistrement d’un disque est ardu.

Les heures s’égrènent….
Telle la chrysalide sortant timidement de son cocon, nous assistons, émus, à une « naissance », celle d’un beau disque, présent ciselé, généreusement dédié aux valeureux sauveteurs en mer.

A la fin de la journée, écoutant « l’épreuve sonore finale », de discrets sourires ornent la commissure des lèvres. Les regards, presque émerveillés, de nos « petits gars de chez nous » ne sont pas, ici, les indices d’une auto-satisfaction, mais tout naturellement, les signes d’un bonheur simple. Celui d’hommes heureux et qui sont en train de réaliser l’un de leur rêve... Celui de bien faire pour offrir !

A suivre...

Anny MAURUSSANE

Photos de Gérard SIMON prises au studio EPONA - CO Le Label)

Association "Dégâts d'chez nous"                                     >>

Mairie de Batz sur Mer
34, rue Jean XXIII
44740 BATZ SUR MER

Vous désirez des informations complémentaires             >> Monsieur David BAILLET
Président de l'Association "Dégâts d'chez nous"
5, impasse de l'étang du binen
44740 BATZ SUR MER
02.40.23.85.08 ou 06.26.98.21.42

Aidez la SNSM du Croisic, en cliquant sur ce logo


Pour suivre tout le déroulement du projet CD "Courage", utilisez les liens de bas de page qui enchaînent, en une seule suite, article et reportages.

© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Ambiance studio EPONA

<< Reportage CD "Courage" précédent
Page suivante >>