Alan Stivell, un musicien, une oeuvre...
L'article...

"Again"... le retour !


"Again" paraît à une période où la musique bretonne est, à nouveau, "très loin des oreilles françaises"...

Alan vient de faire une très longue tournée à l'étranger et semble un peu oublié par les disquaires. Sans prévenir, une publicité est largement diffusée sur T.f.1, elle reprend les morceaux les plus connus du répertoire du barde breton. C'est un disque étonnant de relief, bien loin de l'image simpliste que certains peuvent se faire de la musique bretonne. La modernisation des titres peut surprendre ceux qui ont gardé l'image de l'Olympia de 1972, mais interpelle et séduit ceux qui ne gardaient de la musique bretonne que son image d'Epinal stéréotypée de "binious et musiciens aux chapeaux ronds".

Titre prémonitoire… "Again" marque le début d'un renouveau inattendu !

Dans cet album, Alan Stivell revisite ses standards avec une orchestration plus moderne, plus rock. Il permet, certes, à son public "classique" de retrouver les chansons que celui ci connaissait déjà, mais aussi, à un public plus jeune de s'intéresser à ce style particulier de musique qu'il n'a pas forcément l'habitude, ni même, l'idée d'écouter.
La recette du barde sera, d'ailleurs, payante puisque 170 000 exemplaires s'écoulent très rapidement, pour atteindre les 300 000.

Pour ce "retour", Alan ne laisse rien au hasard et joue sur deux critères de séduction pour toucher le public : la qualité musicale, avec les artistes qui interviennent et le choix des titres (ré)interprétés.

C'est ainsi qu'il décide de s'entourer de musiciens de renommée internationale tels Kate Bush, Shane McGowan (chanteur des Pogues), Dan ar Braz, Laurent Voulzy, et Charlie Morgan, ancien batteur d'Elton John qui avait déjà accompagné Alan Stivell sur "Mist of Avalon"… La barre est donc placée très haute pour ce "come-back" sur le devant de la scène française. Des musiciens et chanteurs bretons de tout premier rang viennent également magnifier ce retour celtique : Yann-Fanch Kemener, Gilles Servat ou encore Pierrick Lemou, grand violoniste breton. Alan mélange habilement instruments anciens et modernes : violon électrique, flûte de pan, harpes électriques ou acoustiques, et le traditionnel uilleann pipe irlandais. La formule "fait mouche" car elle permet d'ouvrir l'album sur la diversité du monde, chère à Stivell.

En 17 morceaux, tout le spectre des musiques bretonnes ou celtiques est couvert : du "Reel" au "Plinn" , en passant par la "Marche" ou la "Suite". A l'image de ses concerts, Alan choisit minutieusement l'ordre des chansons ou des instrumentaux de l'album.
Dans un premier temps, un grand classique avec la "Suite Sudarmoricaine" et la voix de Shane McGowan reconnaissable entre toutes. Les jeunes auditeurs qui ne connaissent pas forcément Alan ont très certainement déjà entendu les Pogues et sont entraînés immédiatement dans le rythme avec le fameux "lalalalaléno" que tout le monde a fredonné un jour. Puis les chants suivants font la part belle à la voix d'Alan et son immense talent de musicien : "The foggy dew", "la Suite Irlandaise" , "Kimiad" ou "Marv ma mestrez" , dans laquelle le timbre mélancolique du chanteur exprime la douleur intense d'un amour perdu. Alan parvient remarquablement à toucher et émouvoir, même pour celui qui ne comprend pas le breton.
Animation GS d'après jaquette du CD Dreyfus

Dans un second temps, l'album prend du rythme avec la "Suite des montagnes", "Metig", "Pop Plinn", mondialement connu et le "Bal ha dans plinn", il s'emballe même avec les deux instrumentaux "King of the fairies", "Ian Morrisson Reel", pour terminer en apothéose par "Tri martolod". Ce dernier morceau parle à tous et donne une note finale jubilatoire à l'album, car à l'écoute, on perçoit que les chanteurs et musiciens s'en donnent à cœur joie.

Comme dans ses concerts, l'enchaînement des morceaux est primordial afin que l'émotion atteigne son paroxysme à l'endroit même où Alan l'a prévu. Cela fonctionne parfaitement.

Méconnu des jeunes générations, Alan a misé sur cet album pour faire franchir un nouveau cap à la musique celtique en la rendant accessible à tous les publics, jeunes et moins jeunes, écoutant ensemble une musique aux dimensions universelles. Tous peuvent ainsi découvrir que les clichés sont largement dépassés et que la musique bretonne a désormais toute sa place dans nos discothèques.

Grâce à "Again", Alan retrouve enfin sa place sur la scène musicale française.

Artlcle de SANDRINE




ARTICLE PRECEDENT

ENTREE DU SITE